Un premier aperçu des Lundis de l’UTL 2017-2018

Comme chaque année, nous envisageons une trentaine de conférences-rencontres entre début octobre et fin juin avec une interruption un peu plus longue cette année, de mi-décembre à fin janvier.

La Salle Arletty sera indisponible de fin août à début mars, environ

Les Lundis devront donc, durant cette période, se dérouler exclusivement salle Omnibus, ce qui entraîne des conséquences en matière de choix des sujets. Ainsi, alors que la peinture avait été privilégiée en 2016-2017, cette année, ce sera au tour de la littérature.

Si le calendrier n’est pas encore totalement établi, sont d’ores et déjà prévues des conférences sur Georges Perec, Paul Nizan, Virgile, Louis Guilloux. Mais aussi le peintre Gustave Moreau, les mathématiques et les probabilités, l’histoire des cadrans solaires, le Carnaval médiéval, etc.

Sans oublier nos séries récurrentes : personnages et surtout femmes d’exception (cette année, Flora Tristan), les carnets de voyages, etc.

Nous reprendrons le principe de nos soirées Récit et lecture à plusieurs voix.

Enfin, une grande première, initiée en juillet avec la projection de Casque d’Or, un partenariat avec le cinéma Rex : en décembre, au Rex programmation, un lundi, du magnifique Voyage à Tokyo du cinéaste japonais Ozu, avec,  la semaine précédente, salle Omnibus, une présentation du cinéma japonais et surtout de Ozu et du Voyage à Tokyo. Et, la semaine suivante, une soirée lecture à plusieurs voix de quelques pages de la littérature japonaise.

18 décembre 2017

Quelques pages de littérature japonaise

Récit et lecture à plusieurs voix

Salle Saint-Joseph (Le Palais) - 18 h

Toujours dans le cadre de ce "mois Japon", quelques personnes ont choisi et liront à voix haute des extraits de grands écrivains japonais, Mishima, Kawabata, Inoué, Inaba, Murakami, ainsi que des Haïkus. 

5 février 2018

Gustave Moreau, les voix et les silences

Conférence de Richard Heitz

18 heures Salle Omnibus

Symboliste, secret, muet parfois, quand éclatent  dejà  les tonitruances de l’impressionnisme  et de ses suites, retiré du monde et pourtant si présent pour Huysmans,  Rouault, Proust, Matisse et Degas, Gustave Moreau habité de ses voix toutes intérieures, sublimant Salomé, pleurant Orphée, nous rappelle que l’art est un songe avant tout.

Richard Heitz, artiste peintre, nous a déjà enchantés avec ses conférences sur Turner, il nous emmène cette fois dans le monde magique de Gustave Moreau.

19 février 2018

Carnets de voyage : l'Iran

avec Michèle Bardoux

18 heures - Salle Omnibus

Voyage en Iran … Avec sa culture trois fois millénaire, avec son peuple raffiné, cultivé et accueillant, avec ses paysages splendides, cet ancien Empire de la Perse Eternelle  ne peut que fasciner ceux qui, loin des clichés véhiculés en Occident, vont à sa découverte.

26 février 2018

Une page méconnue de la Seconde Guerre Mondiale : le siège de Leningrad (1941-1944)

Conférence de Sarah Gruszka-Gallène

18 heures Salle Omnibus

Le siège de Leningrad (ex-Saint-Pétersbourg) par les armées hitlériennes est l’un des épisodes les plus tragiques et les plus meurtriers de la Seconde Guerre mondiale. Deux mois et demi après l’invasion de l’URSS, les Allemands arrivent déjà aux portes de l’ancienne capitale impériale ; plutôt que de tenter de la conquérir, ils décident de « raser la ville de la surface de la terre » en comptant sur l’éradication de la population par la famine. Coupés de toute source de ravitaillement en denrées alimentaires et en carburants, les habitants de Leningrad subissent alors le plus long siège enduré par une ville moderne, pendant presque 900 jours. Il emporta près d’un million de civils, soit un tiers de la population d’avant-guerre. Comment expliquer que cet épisode hors du commun soit aussi méconnu en Occident ? En quoi la résistance de Leningrad fut sans doute décisive pour la suite des opérations militaires et, partant, pour la victoire des Alliés sur les nazis ? Comment les habitants ont-ils réussi à survivre dans des conditions infrahumaines d'existence ? Documents à l’appui, Sarah Gallène tentera de répondre à ces questions.