12 février 2018

Diamants sur canapé

réalisé par Blake Edwards

18 heures - Cinéma REX - entrée 6€

 

L'UTL se transporte au cinéma REX pour ce film culte réalisé par Blake Edwards, sorti en 1961, adapté de la nouvelle de Truman Capote, « comédie magique », interprétation sublimissime d’Audrey Hepburn.

 

Quel bonheur de pouvoir revoir sur grand écran une copie restaurée et numérisée, donc parfaite, des films culte, des films qui nous ont marqués, qui nous ont enthousiasmés !

Lundi 12 février à 18 h, c’est cette chance que nous aurons, au Rex : voir ou revoir un chef-d’œuvre de la comédie américaine, « Diamants sur canapé », adaptation de la nouvelle de Truman Capote « Breakfast at Tiffany’s », avec George Peppard et Audrey Hepburn réalisée en 1961, par Blake Edwards, auteur d’une quarantaine de films, célèbre surtout pour la série « La Panthère rose ».

Le choix d’Audrey Hepburn pour incarner Holy Golightly a contraint les scénaristes à atténuer le caractère scandaleux du roman, tout en prenant soin de suivre l’intrigue pas à pas, à l’exception de la fin.

Il est parfaitement évident qu’Holly Golightly, c’est Audrey Hepburn. Qui d’autre pourrait se promener dans les rues de New-York ou rendre visite à un prisonnier à Sing-Sing en robe ou manteau Givenchy comme s’il n’y avait rien de plus naturel ?

L’art de Blake Edwards, son sens de l’expression cinématographique, le fameux « s’exprimer visuellement », le charme du couple-star, les épisodes comiques, comme les crises de nerfs du voisin « japonais » incarné par un Mickey Rooney méconnaissable, la satire de cette société du paraître et de la solitude, la superbe musique  d’Henry Mancini (et la chanson « Moon river »)  font un pur joyau de ce qui aurait pu n’être qu’une petite comédie romantique.

De la première image, la silhouette d’une élégance raffinée d’Audrey Hepburn prenant, en robe du soir, son petit déjeuner devant la vitrine du célèbre bijoutier Tiffany, à la dernière  séquence, les deux héros ruisselants de pluie, serrant dans leurs bras un chat trempé, c’est une véritable leçon de cinéma que nous offre Blake Edwards.

Paul Varjak, le héros, incarné par George Peppard, résume ainsi le sujet du film « C’est l’histoire d’une fille qui vit toute seule et qui est très effrayée. »Seule Audrey Hepburn pouvait être cette fille.

On n’hurle pas  de rire, on sort de la projection à la fois  ému et un sourire heureux aux lèvres.

FICHE TECHNIQUE

Titre original : Breakfast at Tiffany's

Titre français : Diamants sur canapé

Réalisation : Blake Edwards

Scénario : George Axelrod d'après la nouvelle homonyme de Truman Capote

Costumes : Edith Head ; Hubert de Givenchy (tenues d'Audrey Hepburn)

Photographie : Franz F. Planer ; Philip H. Lathrop (non crédité)

Musique : Henry Mancini (Moon River, paroles de Johnny Mercer et musique d'Henry Mancini, interprétée par Audrey Hepburn)

Dates de sortie : États-Unis5 octobre 1961 ; France17 janvier 1962

 

DISTRIBUTION

Audrey Hepburn : Holly Golightly

George Peppard : « Fred » Paul Varjak

Patricia Neal  : « 2E » Mrs. Failenson

Buddy Ebsen : Doc Golightly

Mickey Rooney : Monsieur Yunioshi

José Luis de Vilallonga : José da Silva Pereira

Orangey : « Chat »

Oscar de la meilleure chanson originale pour Moon River, paroles de Johnny Mercer et musique d'Henry Mancini Oscar de la meilleure musique originale à Henry Mancini

Patsy Award 1961 pour Orangey

 

19 février 2018

Carnets de voyage : l'Iran

avec Michèle Bardoux

18 heures - Salle Saint Joseph

Voyage en Iran … Avec sa culture trois fois millénaire, avec son peuple raffiné, cultivé et accueillant, avec ses paysages splendides, cet ancien Empire de la Perse Eternelle  ne peut que fasciner ceux qui, loin des clichés véhiculés en Occident, vont à sa découverte.

26 février 2018

Une page méconnue de la Seconde Guerre Mondiale : le siège de Leningrad (1941-1944)

Conférence de Sarah Gruszka-Gallène

18 heures Salle Saint Joseph

Le siège de Leningrad (ex-Saint-Pétersbourg) par les armées hitlériennes est l’un des épisodes les plus tragiques et les plus meurtriers de la Seconde Guerre mondiale. Deux mois et demi après l’invasion de l’URSS, les Allemands arrivent déjà aux portes de l’ancienne capitale impériale ; plutôt que de tenter de la conquérir, ils décident de « raser la ville de la surface de la terre » en comptant sur l’éradication de la population par la famine. Coupés de toute source de ravitaillement en denrées alimentaires et en carburants, les habitants de Leningrad subissent alors le plus long siège enduré par une ville moderne, pendant presque 900 jours. Il emporta près d’un million de civils, soit un tiers de la population d’avant-guerre. Comment expliquer que cet épisode hors du commun soit aussi méconnu en Occident ? En quoi la résistance de Leningrad fut sans doute décisive pour la suite des opérations militaires et, partant, pour la victoire des Alliés sur les nazis ? Comment les habitants ont-ils réussi à survivre dans des conditions infrahumaines d'existence ? Documents à l’appui, Sarah Gallène tentera de répondre à ces questions.

5 mars 2018

Le pays d'où je viens : l'Aveyron

avec Hélène Lemeillat

salle Saint-Joseph  18h

Après un court exposé sur le département de l'Aveyron - géographie, particularités - promenade sur le chemin de Saint-Jacques dans le Nord-Aveyron et dégustation de produit du pays...

La conférencière : Hélène Lemeillat, retraitée à Belle-Ile depuis 2000, reste nostalgique de "son pays d'origine" où elle a vécu pendant 40 ans, a décidé de partager les beautés de l'Aveyron pour nous inciter à aller les découvrir.

12 mars 2018

The Party film de Blake Edwards 

Reprise en version restaurée.

Séance Ciné-club au Cinéma Rex 17h30

Entrée 6€

Un film indispensable.

Réalisation : Blake Edwards

Scénario : Blake EdwardsTom WaldmanFrank Waldman

Musique : Henry ManciniDon Black

Photographie : Lucien Ballard

 Interprétation : Peter SellersClaudine LongetNatalia BorisovaJean CarsonMarge ChampionAl Checco 

 Durée : 90mn

sortie aux États-Unis le 4 avril 1968 puis, en France, le 13 août 1969.

Un acteur indien de seconde zone, est invité par erreur à une réception mondaine donnée par un riche producteur hollywoodien, dont sa maladresse quasi-maladive vient de ruiner le dernier film.
Gag après gag la party sombre dans l’anarchie et le chaos.

Réalisé en 1968, The party reste un film relativement méconnu en France, en dépit d’un potentiel comique toujours intact, près de 50 ans après sa sortie en salle.
L’intrigue est inexistante et tout le film repose sur le déchaînement paroxysmique des gags. En privilégiant un comique presque exclusivement visuel, Edwards s’inscrit dans la grande tradition du burlesque américain qu’il revisite et remodèle : au lieu de l’enchaînement rapide des gags chez les grands maîtres du genre, il impose un rythme beaucoup plus lent, plaçant le spectateur en situation d’attente. Ce dernier n’est plus passif devant l’écran mais pénètre au contraire beaucoup plus dans le film, y participe presque, en tentant d’imaginer une chute toujours différée. Edwards ponctue son film de gags improbables et imprévisibles. En retardant à outrance la chute, il instaure une atmosphère très particulière dans son film : l’inattendu reste la seule certitude dans cet univers chaotique où pèse la menace constante de l’irruption du gag.

The party demeure, dans la forme et dans le fond, un film inclassable. Comédie burlesque, satire, conte moral, c’est un peu tout cela à la fois, comme si Blake Edwards avait voulu nous offrir un mélange des genres. Au final, on a un petit chef-d’œuvre, qui doit autant aux maîtres du muet du début du siècle qu’à Tati (chaque personnage du film est spectateur des autres et source de spectacle).

(source avoir-alire.com)

19 mars 2018

Virgile 1 - sa vie

Conférence de Catherine Steinmetz

Salle Saint Joseph  18 h00

Virgile 70-19 av. J.-C.
 Virgile mourant composa cette épitaphe :
«  Mantoue m'a donné la vie, la Calabre me l'a ravie, c'est maintenant Parthénopé
 (Naples) qui me tient ; j'ai chanté les pâturages, les campagnes, les héros. »
A une telle modestie (ni nom d'auteur, ni titre d’oeuvres), la destinée a largement fait justice ; ce Virgile au triple ouvrage, Bucoliques, Géorgiques, Enéïde, mort à 51 ans, voici que toute la civilisation occidentale le place au zénith.

26 mars 2018

Virgile 2 - son oeuvre

Conférence de Catherine Steinmetz

Salle Saint Joseph  - 18h00

L'effet de sa poésie durant plus de deux millénaires agit non seulement sur des époques et des écoles, mais sur des âmes singulières : Dante, Racine, Hugo, Baudelaire n'en sont-elles pas quelques-unes des plus remarquables ?
A notre tour d'évoquer ce Maître vénéré et aussi chéri, « ce compagnon des heures secrètes de la vie », comme le dit Chateaubriand.

9 avril 2018

 Qu'est-ce que le Yoga ?
Qu'est-ce que la méditation ?

conférence-animation de Christa Bedwin

Lundi 9 avril - 18 heures - salle Saint-Joseph

Dans cette conférence, on va discuter, démontrer, et pratiquer des outils destinés à
guérir et améliorer les maladies, dormir mieux, avoir plus d'énergie dans la journée.

Le Yoga n’est pas seulement un exercice physique, c'est un mot qui comprend 5000 ans de science de la vie, qui inclut la santé, la philosophie, le bonheur, et une compréhension de l'humanité.

Méditation, respiration, et exercices ne sont que trois des outils de yoga.

Dans cette conférence, on va discuter un peu de l'histoire et de la philosophie du yoga dans le monde (ancien et moderne) et explorer des outils magiques pour améliorer la vie quotidienne.
Vous pourrez rester assis sur votre chaise pendant toute la conférence... Ce n'est pas une classe d'exercices...
Christa Bedwin est professeur de yoga et a étudié le yoga, la philosophie, et la méditation avec des moines Bouddhistes, des gourus d'Inde, et avec plusieurs yogis d'Amérique du Nord.

16 avril 2018

Le carnaval en France (fin du Moyen Age et Renaissance)

conférence de Martine Grinberg

18 heures Salle Saint-Joseph

Fêtes de fin d'hiver, culture populaire urbaine et paroles de fols.
La conférencière : Martine Grinberg est historienne, membre du Centre de Recherches hisporiques de l'EHESS. Le sujet de sa thèse est LE CARNAVAL