26 février 2018

Une page méconnue de la Seconde Guerre Mondiale : le siège de Leningrad (1941-1944)

Conférence de Sarah Gruszka-Gallène

18 heures Salle Omnibus

Le siège de Leningrad (ex-Saint-Pétersbourg) par les armées hitlériennes est l’un des épisodes les plus tragiques et les plus meurtriers de la Seconde Guerre mondiale. Deux mois et demi après l’invasion de l’URSS, les Allemands arrivent déjà aux portes de l’ancienne capitale impériale ; plutôt que de tenter de la conquérir, ils décident de « raser la ville de la surface de la terre » en comptant sur l’éradication de la population par la famine. Coupés de toute source de ravitaillement en denrées alimentaires et en carburants, les habitants de Leningrad subissent alors le plus long siège enduré par une ville moderne, pendant presque 900 jours. Il emporta près d’un million de civils, soit un tiers de la population d’avant-guerre. Comment expliquer que cet épisode hors du commun soit aussi méconnu en Occident ? En quoi la résistance de Leningrad fut sans doute décisive pour la suite des opérations militaires et, partant, pour la victoire des Alliés sur les nazis ? Comment les habitants ont-ils réussi à survivre dans des conditions infrahumaines d'existence ? Documents à l’appui, Sarah Gallène tentera de répondre à ces questions.